Matelas Padebol incite les citoyens bruxellois à agir pour la fin du sans-abrisme

novembre 2019
Changer d’une politique d’urgence vers des solutions durables

Avec l’image d’un morceau de carton intitulé ‘Matelas Padebol’, l’asbl Infirmiers de rue lance une campagne qui vise, d’une part, à sensibiliser le public bruxellois à l’idée que la fin du sans-abrisme est possible, et, d’autre part, à demander le soutien financier nécessaire pour pouvoir continuer à mener les actions pour y arriver.

La campagne est gracieusement soutenue par des entreprises comme Exki, P&V Assurances et Expansion ainsi que de nombreux médias bruxellois.

[continuez en-dessous de l'illustration]

Cliquez sur l'affiche pour soutenir le travail d'Infirmiers de rue:
Affiche_Padebol
Pour Infirmiers de rue (IDR), comme pour la plupart des autres acteurs de terrain, la fin du sans-abrisme n’est pas un rêve lointain. Depuis désormais quatorze ans, l’association prouve qu’il est réellement possible de sortir les personnes sans-abri de la rue, même celles considérées comme perdues parce qu’elles y sont déjà depuis 15 à 20 ans. Sur les dix dernières années, IDR a pu reloger plus de 120 personnes.

Pourtant, le nombre de personnes sans-abri ne semble pas diminuer dans les rues de Bruxelles, bien au contraire. Dans ce cas, où se situe le problème ?

Pour Infirmiers de rue, il est plus que temps que notre société ne considère plus comme « normal » que des gens vivent en rue, mais aussi que les pouvoirs publics changent de paradigme : qu’ils donnent la priorité aux solutions durables plutôt qu’aux mesures de « gestion de crise », telles que les plans hiver ou de canicule, la création d’abris de nuit, etc.

Solutions

En effet, les véritables solutions se trouvent ailleurs. Tout d’abord, il faut  assurer une meilleure prévention en renforçant les mécanismes sociaux qui empêchent que des gens se retrouvent à la rue, à cause de malchance d’ordre économique, familial ou de santé mentale ou physique. Ensuite, il faut une politique plus poussée de création de logements abordables pour les groupes les plus démunis de notre société.

Enfin, il faut un renfort de l’accompagnement individuel et intensif des personnes actuellement sans-abri, ainsi que des personnes remises en logement, tant au niveau de leur santé physique et mentale qu’au niveau administratif.

En attendant que les mentalités et les politiques évoluent dans ce sens-là, Infirmiers de rue continue ses démarches sur le terrain, en étroite collaboration avec ses partenaires du réseau social et médical, en accompagnant les personnes sans-abri les plus vulnérables vers leur réintégration dans un logement et en continuant à suivre les personnes déjà relogées pour s’assurer qu’elles ne retournent pas à la rue.

Budget à boucler

Il s’agit d’accompagnements intensifs, qui demandent beaucoup de ressources, humaines et financières. Bien que l’association soit soutenue par les instances publiques, force est de constater que les subsides ne suivent pas la croissance des besoins. Aujourd’hui, les subsides ne couvrent plus que 45% du budget de l’association.

Pour boucler celui-ci, le soutien de fondations privées, d’entreprises et de particuliers est plus que jamais nécessaire. Chaque don effectué sur le compte bancaire d’Infirmiers de rue asbl est donc extrêmement bienvenu : BE91 0014 6955 7676 ou cliquez ici pour faire un don online; les dons à partir de 40€ donnent en plus droit à une exonération fiscale, qui fait qu’un don de 40€ ne coûte que 22€


Autres actualités

Urgence de dépistage pour ralentir l’épidémie, mieux soigner les malades et soutenir les aidants

mars 2020
Médecins du Monde, le Samusocial et Infirmiers de rue appellent ensemble à un dépistage plus actif du Covid19 pour aider au contrôle de
suite

Infirmiers de rue insiste pour une politique de dépistage actif des personnes sans-abri au Covid-19

mars 2020
Bruxelles / Liège ; le 20 mars 2020. « Tester les personnes sans-abri au Covid-19 au plus vite », c'est l'appel lancé
suite

Pandémie de Coronavirus : adaptation du travail d’Infirmiers de rue en cette période de pandémie.

mars 2020
Nos patients sont un public particulièrement vulnérable face au Coronavirus, du fait de leurs conditions de vie, des pathologies chroniques
suite

Umicore soutient Infirmiers de rue !

février 2020
Umicore est soucieux du climat social à Bruxelles et s'implique volontairement dans des actions qui vont à la rencontre de solutions pour des
suite

De la rue au logement : le parcours de Mr H.

janvier 2020
Monsieur H*. adore cuisiner, est féru d’Histoire et rêve un jour d’aller vivre au bord de la mer. Chaque
suite

2019 en chiffres

janvier 2020
Quelques explications : Le pré-suiviLe pré-suivi nous permet de rester attentif, et de pointer les besoins urgents afin
suite

Sur base de quels critères choisissons-nous les patients à entrer dans notre suivi ?

janvier 2020
La situation à Bruxelles est sérieuse : le dernier dénombrement des personnes vivant quotidiennement en rue
suite

L'histoire de Monsieur C.

novembre 2019
Monsieur C.*, la cinquantaine, vit sous tente dans les bois depuis plusieurs années.Jusque-là, il ne voulait jamais nous suivre pour une
suite

L’antenne liégeoise d’Infirmiers de rue lance un crowdfunding pour financer 100 maraudes !

novembre 2019
Depuis le 13 mai 2019, Fanny Caprasse et Camille Delvoye, de l’association Infirmiers de
suite

L'histoire de Monsieur G.

octobre 2019
Nous retrouvons notre patient, que nous suivons depuis peu, dans une des rues principales de Liège. Il est allongé sur le trottoir, le pantalon
suite

Page suivante